Bonchiolite : l’Etat des Lieux

La semaine dernière, les médias retranscrivaient les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS), lesquelles semblaient indiquer que la kinésithérapie n’était pas adaptée pour le traitement de la bronchiolite qui touche tant d’enfants tous les ans. La recommandation était de ne pas faire de kinésithérapie et laisser les parents réaliser des lavages de nez régulièrement.

La bronchiolite est une affection respiratoire du nourrisson et du jeune enfant due à un virus appelé VRS. Les symptômes sont ceux que l’on connait pour le rhume de l’adulte : nez bouché, douleurs de gorge et surtout sécrétions bronchiques et nasales.

En vérité, les médias n’ont pas tout dit et ont mal lu les recommandations de l’HAS (que vous pouvez d’ailleurs retrouver ici).

L’encombrement nasal et bronchique empêche les enfants de dormir et de s’alimenter correctement. Effectivement la kinésithérapie n’a jamais prouvé son utilité pour réduire la durée de la pathologie. En revanche, quand on sait que l’adaptation physiologique du nourrisson entre 2 tétées (soit environ 2 heures) correspond, à peu de choses près, à celle d’un jeûne d’environ une journée pour l’adulte : a-t-on réellement envie de laisser notre nourrisson sans dormir et sans manger pendant plusieurs jours ?

De plus, le kinésithérapeute restera le meilleur intermédiaire pour apprendre aux parents à réaliser correctement les lavages et aspirations de nez de leur enfant.

Enfin, le kinésithérapeute est et restera la meilleure sentinelle en cas d’aggravation des symptômes, nécessitant une hospitalisation de votre enfant.

Le corps médical et paramédical a vivement réagi à ces déclarations (nous sommes presque dans un cas de fake-news) en réexpliquant que le communiqué avait été mal interprété. Rassurez vous, nous restons vigilants et ne manquerons pas de vous tenir informés si d’autres aberrations médiatiques devaient à nouveau voir le jour.